Humeurs

De plus en plus souvent j’entends parler de Barebaking. Malheureusement le milieu du libertinage n’est pas épargné par cette pratique. Le plus étonnant est qu’elle se généralise. Par exemple, chez certains pseudos professionnels de l’organisation de soirées libertines.. Quant à nous, nous contribuons à lutter efficacement contre le sida, grâce à des dons. Mais aussi grâce à la promotion de la journée mondiale de lutte contre le sida.

Le sida ne passera pas par moi !

Ce slogan date de 1987, cependant les chiffres de propagation de cette terrible maladie ne cessent d’alarmer. Et quelle surprise de constater chez deux organisateurs, que le barebaking était pratiqué, ou l’avait été. L’un a même osé proposer la vente de test hiv (d’une fiabilité plus que douteuse) à 20 euros/pièce… Quant à l’autre, sur son blog nauséabond où le muscador flirte avec les cacahuètes, il a osé écrire qu’il avait organisé sans préservatif…

préservatif

La véritable protection : le préservatif

Depuis mes débuts dans le libertinage en 2001, puis la création de mon site en 2002, aucun gang bang n’a eu lieu sans préservatif. Et ce malgré la demande de nombreux couples ou femmes. Désolé Messieurs les fossoyeurs du libertinage de qualité mais organiser un gang bang sans aucune protection, c’est fournir aux participants de vos soirées, un pistolet chargé.

De vrais libertins

Et c’est bien là la différence entre les « vrais libertins », et les amateurs qui se perdent dans cette pseudo démocratisation du libertinage. dont on perçoit aujourd’hui les limites… Finissons cet article sur une touche d’humour en l’illustrant avec une photo d’une corbeille pleine de préservatifs. Durex côtoyait Manix, lors du gang bang de la belle Sophie.

Merci de prendre la peine de nous contacter pour des propositions de soirées sérieuses, et épargnez-nous les demandes de pratiques de ce genre. Sachez que nous n’y donnerons pas suite.

Crédits Photos : Gang Bang à Paris