Arts érotiques

L’art selon Andronicus, illustrateur érotique

Nos avons fait la connaissance d’un personnage fort sympathique répondant au doux pseudo d’Andronicus. Mais la question que tu te poses fidèle lectrice est de savoir pourquoi et comment l’avons-nous contacté. Nous recherchions un illustrateur érotique, capable de retranscrire fidèlement trois de nos clichés de soirées. Et ce fut sur la plateforme de microblogging Twitter que la perle rare se cachait. Bien évidemment, comme notre blog traite de gang bang, même avec érotisme, nous ne pouvions publier ses plus beaux dessins pornographiques.

Andronicus illustrateur érotique

 l’illustrateur érotique au service de la femme

Andronicus, de parents Espagnols est né dans un petit village au sud de l’Allemagne, où le catholicisme avait un grand poids. Cest à la faculté de Mannheim qu’il suivit des études d’arts graphiques, avec comme spécialité l’art graphique. Durant ses études, il caressa le rêve secret de goûter au dessin érotique. Son rêve fut donc exaucé car un éditeur lui passa commande d’ébauches pornographiques. Grâce à ce premier job, il travailla en qualité d’illustrateur pour des revues. Par ce biais, Andronicus se fit donc de nombreux amis. Et le constat qu’il fit était que la nature humaine lui apparaissait autant voyeuse qu’exhibitionniste…

La femme tient dans la main

Le fantasme du dessin érotique

Andronicus découvrit très vite qu’il détenait un pouvoir, celui d’être un simulateur de désirs. Grâce à internet, il fit de nombreuses rencontres, celles de couples qui prennaient plaisir à faire l’amour devant lui. Mais aussi des femmes qui rêvaient de voir leurs fantasmes couchés sur le papier. Et elles se sentaient sublimées ces femmes !, dans un parfait anonymat. D’autre part; le dessin donnait une dimension artistique à l’acte sexuel, tout en lui faisant perdre son côté brut, et parfois vulgaire.

La femme prise par l'artiste

L’illustration érotique ouvre les portes du désir

Andronicus avait conscience de charmer, comme le faisait un musicien, mais lui envoûtait avec ses crayons. Il prenait un plaisir non dissimulé à jouer avec les fantasmes, en les croquant. Tout y passait, de la femme fontaine, à la masturbation, en passant par les pratiques comme le gang bang ou le bdsm. Il nous confia que la femme était ce qu’il y avait de plus beau sur cette terre, et que la réalisation de ces croquis relevait pour l’instant du hobby. Mais qui sait, peut-être que notre ami sera un jour dessinateur de bandes dessinées érotiques… C’est tout le mal que nous lui souhaitons.

En attendant que son rêve se réalise, je vous invite à retrouver les trois beaux dessins faits par lui pour Gang Bang à Paris. Formidable triptyque pornographique.

Vous pouvez le retrouver sur de nombreuses plateformes

Crédits Dessins : Andronicus