L’art transpire de son corps, de ses pores2 min de lecture

Tout a commencé sur notre compte twitter où je découvre un compte qui s’abonne au mien, celui de Pascal Beauchamp. Très vite, il m’intrigue… Donc je commence par m’abonner à mon tour à son profil, puis l’observe. Je suis séduit… Par ailleurs, pas de vulgarité, mais une volonté de s’approprier l’art, de le vivre au quotidien, au travers de son corps. Car son corps parle, nous parle… D’abord, je lui demande de me faire parvenir une description de son univers, de ses projections, je veux le faire figurer dans la nouvelle rubrique des arts érotiques. Enfin la suite figure dans cet article.

l'art selon Pascal Bauchamp : la nature

L’art où la genèse du langage du corps

Tout d’abord, une de ses amies, qui travaille aux Beaux-arts lui demande de poser comme modèle. Mais il n’y donne pas suite, surpris qu’il est. En fin de compte, est-ce par peur du ridicule, par pudeur ou la peur de choquer ?, En définitive, les choses en restent là. Mais pas tout à fait, car ce refus avait laissé une emprunte en lui. Ainsi, en fréquentant de nouveau les musées, la force du langage du corps lui est apparue en pleine face. Tout en lui administrant une sacrée claque.

En fin de compte, quoi de plus banale que la nudité, voire redondante dans notre société moderne. Et pourtant, elle hante nos rêves, nos fantasmes, et ce, de génération en génération. C’est pourquoi l’expression « langage du corps » n’est pas utilisée par hasard. Chargée de sous-entendus, mais aussi de contresens. C’est ainsi qu’il a regardé les oeuvres d’arts dans les musées différemment. En somme, son œil dans les parcs, les musées, n’était plus le même.

l'art selon Pascal Beauchamp : la nudité

Le corps nu s’exprime, nous parle, nous claque le visage

Ainsi, bustes, poitrines, fesses, sexes, exposés aux yeux de tous, hélas bien souvent indifférents. A moins d’avoir comme moi l’âme d’un artiste, qui permette de voir ce que d’autres ne voient pas. D’ailleurs, ce sont des anonymes, devenus immortels grâce à l’artiste. Mais aussi des princesses, des guerriers, des danseurs, des empereurs, des héros. Lesquels, du reste, s’offrent à nous, dans leur nudité, sans honte, sans fausse pudeur, sans vulgarité.

Ainsi donc va l’art dans toute sa splendeur. Et si nous prenons la peine de les regarder, c’est leur force, leur élégance, leur érotisme qui nous troublent. Donc s’imposent à nous au travers des siècles. Loin de l’Eros et Thanatos morbide de Freud ou de certains mouvements où le nu apparaît comme un blasphème.

l'art selon Pascal Beauchamp : entravé

Le langage du corps, cette formidable oeuvre d’art

A cet égard, quoi de plus beau que de parler le langage du corps… Tendez l’oreille et vous écouterez avec plaisir le corps de Pascal Beauchamp. Servez vous de vos yeux et admirez cette oeuvre d’art. Mais dans toute sa complexité, ainsi elle nous livrera ses clefs, pour qui a envie de pénétrer son univers. C’est cette évidence qui a fait de lui ce qu’il est aujourd’hui : un modèle vivant anonyme qui permet aux artistes de se projeter. Ses limites ?, votre imagination… Et vous qu’en pensez-vous ?

Son compte Instagram, son Twitter

Crédits Photos : Pascal Beauchamp

L’art transpire de son corps, de ses pores2 min de lecture
5 (100%) 1 vote

Laisser un commentaire