Captive Culture le dompteur de cordes2 min de lecture

Dans l’histoire des pratiques, il y a des gens qui laissent une emprunte indélébile. Quant à Jérôme Duplessis, il fait partie de cette race là. Car, en plus d’être une référence absolue dans l’univers du Shibari, il a eu la bonne idée de photographier ses modèles. Cela donne Captive Culture. Mais ce qui m’a surtout séduit chez lui, c’est la passion débordante qui l’anime.

Laquelle prend le pas sur la raison… Or, vous l’aurez compris, Jérôme est un amoureux de la femme, mais aussi du latex. En somme il est fétichiste. Et c’est son univers, dont je veux aujourd’hui vous parler.

Enfin ce qui nous a rapproché, ce sont les similitudes de création de nos univers respectifs. En effet, Captive Culture a été crée le 28 septembre 2000, quand Gang Bang à Paris, le 18 avril 2002. Que d’eau sous les ponts !. Je vous propose donc, de vous raconter une belle histoire, celle de Jérôme Duplessis, depuis l’œil de votre serviteur.

Captive Culture l'artiste du Shibari

Captive Culture ou la maîtrise du Shibari

J’ai eu la chance de rencontrer Jérôme, un dimanche après-midi dans une banlieue Parisienne. Son art s’y exprimait sur une femme nue. Et je me souviens de cela comme si c’était hier. Mais ce qui m’avait le plus surpris, c’est sa dextérité à attacher cette soumise, qui était ma compagne du moment. Mon rôle limité à un rôle de voyeur, au départ, évolua peu à peu.

Donc, confortablement assis, je voyais l’artiste dompter les cordes en constituant un tableau de maître. Mais pour bien attacher, en toute sécurité, il faut parfaitement connaître l’anatomie de la femme, pour ne pas faire n’importe quoi. A ce titre, ma compagne revenait de Lyon, où un talentueux photographe, mais piètre bondageur, avait malheureusement abîmé son dos…

Captive Culture

Latex Culture où l’art de sublimer le fétichisme

Mais, en plus d’aimer la femme, et la mettre en valeur sur son blog, il nous permet de nous faire découvrir son penchant fétichiste. C’est en effet Latex Culture qui attire l’œil. Un autre univers, une autre façon de sublimer la femme dans de superbes tenues en latex. Mais pourquoi la publicité ne fait-elle pas appel à son talent ?. Je verrai bien en effet les tristes stations de métro tapissées de ses clichés, ou les taxis parisiens…Ou encore les colonnes Morris.

Le beau doit être à notre portée, et ne pas se cacher… En France on a du talent. Jérôme, quant à lui, s’est approprié cette citation de feu Michel Audiard : « Ne pas reconnaître son talent, c’est facilité la réussite des médiocres ».

Captive Culture

La Femme sans qui rien ne serait possible

Nous vouons Jérôme et moi un amour immodéré à la femme. Et autant elle est la reine de nos jeux, autant elle est la reine de son art. Peu de légendes accompagnent ses clichés. Par ailleurs, la sobriété est de mise dans le choix de ses mots. Mais nous le savons tous, le sobre est beau. A ce jour, les femmes sont nombreuses à apparaître comme modèles sur son blog. Et puisque ses photos sont des tableaux, je lance une demande officielle : à quand une exposition de Jérôme au musée d’art moderne de la ville de Paris ?.

Jérôme nous t’aimons…

Suivez-le sur Facebook, sur Instagram, sur Twitter. Enfin l’url de son blog : I lOVE FRENCH GIRLS

Crédits Photos : Jérôme Duplessis

Captive Culture le dompteur de cordes2 min de lecture
5 (100%) 2 votes

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire