Le Glory hole de la mère Noël2 min de lecture

En décembre 2017, nous retrouvions avec un plaisir non dissimulé, la belle Nikie. Et comme nous la savions joueuse, et son mari ingénieux, nous nous attendions encore à une soirée des plus débridées. Or nous ne fûmes point déçus. Et comme à notre habitude, la ponctualité était de mise et respectée par les membres du groupe. Quand Alain nous ouvrit la porte, nous cherchions sa douce moitié. Finissait-elle sa toilette ?, ou attendait-elle sur le lit, un bandeau sur les yeux ?. Non elle nous attendait tout simplement derrière un invisible Glory hole, et ce furent ses rires qui nous alertèrent enfin.

Le glory hole de Nikie

Le Glory hole des plaisirs

Une fois découverte, l’invitation au jeu fut lancée par Alain, le prévenant époux, non sans avoir prit soin de nous offrir la coupe de Champagne de bienvenue. Quatre trous avaient été donc faits dans le carton rigide à hauteur de sa bouche, pour Nikie qui n’en demandait pas tant. Aussi, appliquée, comme à son habitude, elle sentait les sexes grossir dans sa bouche. Et ce ne furent pas Stan, ni Samba ou Nicolas, qui pouvaient ce soir-là prétendre me contredire. Chacun, les yeux fermés, se laissèrent envahir par ce divin plaisir. Quant à votre serviteur, un instant voyeur, je restai assis sur le canapé. Mais connaissant la belle, nous savions pertinemment qu’elle ne pouvait se contenter de sa seule bouche…

L’avalanche de ses orgasmes

La première partie de soirée dura un bon quart d’heure, largement de quoi briser la glace. Et nous savions que l’habituée de nos soirées, en demanderait toujours un peu plus à ces hommes. Mais aussi que désormais elle n’était plus la femme timide des premiers émois du gang bang. Mais bien une tigresse à l’appétit boulimique. Elle multiplia les acrobaties et enchaîna les partenaires, non sans oublier de jeter un œil complice vers son compagnon. Qui entre deux photos, en profitait pour participer à la fête.

Du simple gang bang au Glory hole

Nous avons toujours plaisir à revoir des couples avec qui nous avons passé de bons moments, mais nous aimons particulièrement ces deux-là… Dotés d’une grande sympathie, ils ne conçoivent le libertinage que comme l’expression du lâcher prise. Qui dit lâcher prise sous entend abandon total, donc perte de contrôle. Je me souviens de leur première fois, comme si c’était hier, ou comment passer d’un simple gang bang non scénarisé, à un jeu en deux parties, avec un Glory hole au rez de chaussée, et un lupanar à l’étage. Le tout savemment entrecoupé de pauses Champagne et petits fours, où les plaisirs du ventre et du bas ventre.

Les joies de la double pénétration

Forcément, ce soir là, Nikie se sentit particulièrement à son aise, et elle finit par oublier qu’elle avait des voisins. Alors, elle s’empala sur le sexe de Stan, pendant que Samba s’occupait de son séant, et que Nicolas pénétra sa bouche de son long sexe. Elle en profita même pour nous masturber, Alain et moi-même. Mais allez savoir pourquoi, quand viennent les fêtes de fin d’année je repense à ces instants magiques… Surtout quand la neige tombe, comme le sperme qui coula cette nuit-là sur son visage.

Crédits Photos : Gang Bang à Paris

Le Glory hole de la mère Noël2 min de lecture
5 (100%) 1 vote

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire