La fièvre du BDSM est en Sultana4 min de lecture

Le libertinage permet de faire de belles rencontres, et ce mercredi 28 juillet 2010, nous rencontrIons un autre couple adepte de fétichisme. Tout comme Tatiana, la belle Sultana avait envie, elle aussi, d’une soirée à tendance bdsm. Aussi Jean nous invita dans son magnifique appartement équipé de la rue Mouffetard. Mais ce que ne savait pas notre belle quadragénaire, c’est qu’elle allait être accompagnée par Miss S. Sacrée surprise pour Sultana !, qui avait décidé de garder son loup en cuir, tout au long de cette séance soft. Elle avait la fièvre du bdsm, et nous le démontra durant cet après-midi estivale… Pas besoin de vous préciser qu’à cause de l’épidémie de Coronavirus, cet article traite d’une soirée passée…

la fièvre du bdsm
Sultana boit du bon champagne pour se détendre

La mise en bouche avant le débuts des jeux libertins

Sultana était une femme très timide, mais qui a gardé un souvenir ému de ce moment en notre compagnie. Pour vaincre sa timidité, elle pénétra dans l’appartement de Jean, les yeux masqués. Et ne parla que très peu durant ces longues heures de cette lourde escapade estivale… Il faut dire qu’elle avait de quoi être impressionnée, puisque cinq hommes composaient ce gang bang. Jean, Stan, Jeremy, Raphaël et votre serviteur en étaient. Mais ce que ne savait pas non plus la belle soumise, c’est qu’une autre femme tout aussi timide, attendait en spectatrice discrète… Sultana avait soif de détente, soif de voix rassurantes, soif de jouissances. Enfin avoir la fièvre du bdsm. Et quoi de mieux pour se détendre que la présence d’hommes délicats, assise dans un confortable canapé, une coupe de bon champagne à la main…

les préparatifs du gang bang
L’ élégance qui se dégage de Sultana

La fièvre du Bdsm comme le diable au corps de la soumise

A force de pratiquer nos soirées, depuis tant d’années, nous savions tous ce que nous avions à faire pour que son excitation monta… Depuis huit ans qu’existait le groupe, nous savions quel était notre rôle. Par exemple, Jeremy était le roi du cunni et du squirt, Stan le roi des fougueux baisers et des fessées. Quant à Raphaël et Jean, ils étaient les spécialistes de l’anal et de la double pénétration… Quant à votre serviteur, tel le chef d’orchestre de ce quintet, je donnais de la voix, et me contentais d’être voyeur et acteur. Mais ce que nous savions surtout concernant une première fois, c’est de ne surtout pas oublier de flatter celle qui était la reine des attentions… A l’écoute de mes mots doux et crus à la fois, et des mains qui parcouraient son corps, Sultana soupira… Puis posa sa coupe et écarta ses cuisses…

Sultana est apaisée
Une dernière cigarette pour Sultana avant de sentir les mains sur son corps

Le quintet en action au service du plaisir

Les cuisses bien ouvertes, le sexe bien dégagé, Jeremy ne se fit pas prier pour se délecter de sa cyprine qui coulait abondemment… Puis grâce à l’agilité de ses doigts, il fit fontaine la belle, presque gênée par les formidables jets lâchés… Puis Sultana branla d’une main Raphaël, et de l’autre Jean, pendant que sa bouche suçait goulûment Stan. Quant à moi je dissertais avec Miss S au sujet de sa poitrine, qu’elle avait envie de caresser. La question que nous nous posions tous à ce moment précis, était de savoir quand elle allait se précipiter sur Sultana pour la bouffer… La soumise ne pouvait voir tous les sexes de ces messieurs, fièrement dressés vers le ciel. Et, tels des orgues de Staline, ils ne tardèrent pas à entrer en action.

la fièvre du bdsm : prise en gang bang
Le gang bang de Sultana

La fièvre du Bdsm montait toujours un peu plus

Sultana, ébouriffée, suait sous son loup, mais prenait du plaisir, à en juger par les sons qui sortaient de sa bouche… Puis Jean la plaça sur le sling, où elle fut prise à la chaîne par nous tous. Pendant ce temps, agenouillée, Miss S préparaient les queues qui pénétreraient Sultana. Mais sans nous y attendre, elle poussa énergiquement le sexe de Raphaël qui enculait la soumise, pour se laisser aller à un formidable cunnilingus. Sultana, destabilisée par cette langue qu’elle ne savait pas féminine, comprit qu’elle se faisait lêcher par une femme, quand elle entendit les gloussements de Miss S.

Le final en apothéose de ce gang bang dantesque

Déjà deux heures que nous jouions, et Sultana ne tarda pas à nous montrer ses limites. Donc, elle souhaitait finir sa mémorable aventure par un bukkake tout aussi dantesque que son gang bang. Elle s’allongea, découvrit chacun de nos visages. Puis réclama en abondance, la semence qui allait recouvrir son visage et sa bouche. Et je puis vous assurer que cette pratique est difficile à réussir sans une parfaite synchronisation des éjaculations… Mais, à l’image de l’ensemble de cette parenthése, nous y parvînmes avec une joie non dissimulée. Et comme rien n’était ordinaire dans cet instant, nous décidâmes d’un after dans le bois de Vincennes avec Miss S … Deux soirée en une !.

Le témoignage de Sultana fut à l’image de la soirée

Bertrand et son équipe… Comment dire sans en oublier ?. Charmants, courtois, à l’écoute, adorables et… très sexe !. Merci Bertrand d’avoir écouté avec tant d’attention notre demande, de l’avoir réalisé avec tant de qualité. Merci aussi d’avoir permis à Sultana de découvrir son premier cunnilingus féminin. Mention particulière à la belle S, que Sultana aimerait beaucoup revoir. Car elle est vraiment tombée sous le charme. Faites- nous signe dès que vous organisez une soirée dans un endroit aussi génial que celui-ci. On fera des pieds et des mains pour vous y rejoindre ! …

Update spécial Cornonavirus :

Nos soirées reprendront, soit à partir de Juillet 2020, soit en Septembre 2020, en attendant vous pouvez toujours nous contacter pour une demande d’organisation de gang bang.

Crédits Photos : © Gang Bang à Paris

2 réponses

Laisser un commentaire