candaulisme

Jeu de rôle sexuel et babyfoot

Tous les organisateurs de soirées libertines le savent, le plus dur n’est pas en soi de réussir à réunir les participants. Mais de constituer une parfaite alchimie… Et si jamais vous apprenez que la femme souffre de timidité, pensez à démarrer les festivités de façon originale. Or, parfois, un simple objet du décor vous ouvre les yeux. Celui qui le permit ce soir-là fut un rutilant babyfoot. La trame toute tracée permit à deux équipes de s’affronter, pour un jeu de rôle sexuel sobre, donc efficace… Je vous propose donc de découvrir la partie de babyfoot la plus sexy de tous les temps. Celle qui n’aura lieu qu’une fois mais qui restera, sans nul doute, un souvenir indélébile.

Le jeu de rôle sexuel et le babyfoot

Le Babyfoot où le démarrage du jeu de rôle sexuel

Le décor planté, Teddy et Joyce, d’un côté, Milass et Bertrand, votre serviteur, de l’autre. Avec comme arbitre, Marc, le mari de la belle. A chaque but encaissé, l’équipe perdante devait ôter un vêtement. Le Striptease nous amusa à Milass et à moi-même, car nous étions dans la bonne équipe. Mais amusa beaucoup moins Joyce, qui en soupirant, se débarrassait de son bustier noir. Son coéquipier d’un soir, Teddy, ôta lui sa chemise. Nous faisions tous le même constat, celui d’une soirée qui s’annonçait réussie. Tout simplement parce que les deux ingrédients essentiels y figuraient : la bonne humeur et le goût du jeu.

Joyce la libertine joue au babyfoot

Un striptease diabolique, donc malheur aux perdants !

Joyce était aux commandes, elle évoluait au poste d’attaquant. Et même si elle était loin d’être maladroite, nous ne pouvions en dire autant de Teddy. Le brave gardien d’un soir semblait perturbé… Était-ce parce qu’il avait une fâcheuse tendance à avoir la main baladeuse, ou envoûté par la beauté de Joyce ?. Toujours est-il que la paire Bertrand-MIlass faisaient des miracles. Le score était sans appel, Joyce continua la partie les seins nus, et Teddy torse nu. Il était temps pour nos sportifs d’un soir de se désaltérer avec une coupe de bon Champagne. Mais à la mi temps de ce match palpitant, le score était sans appel. En effet nous gagnions par cinq buts à un…

Le striptease permet la réussite du jeu de rôle sexuel

La partie de babyfoot se termina dans une folle intensité sexuelle

A l’entame de la deuxième mi-temps, Teddy, l’amateur de bons mots, semblait fier de s’exhiber. A la base moins habillé que nous tous, il était déjà nu comme un ver. Puis nous constations qu’il tentait à son tour de déstabiliser sa partenaire en se livrant à une sensuelle danse. Comme dans un documentaire animalier, il agitait son sexe en érection en se frottant à Joyce, qui éclata de rire. Mais son rire fit rapidement place à un rictus de satisfaction. Car Teddy, fidèle à sa réputation, plaça ses doigts agiles sur ses seins et clitoris. Nous sentions tous à ce moment précis qu’il était temps de penser à changer de jeu. Le bayfoot avait vécu, place au gang bang !. Le jeu de rôle sexuel improvisé me confortait dans la volonté de constamment me renouveler même après dix huit années passées à organiser des soirées gang bang.

Le jeu de rôle sexuel laisse sa place au gang bang

Mort au babyfoot, Vive le gang bang !

C’est particulièrement excités que nous retrouvions les protagonistes de cette folle soirée débridée. A la fin de la partie, Joyce bonne perdante, accomplit sur la personne de Milass une divine fellation. Le bougre avait l’air d’apprécier. Lui qui a pour habitude de se passer la langue sur les lèvres quand il est en confortable situation. Mais La belle n’avait pas l’intention d’en rester là. Et en profita pour saisir au vol, les sexes de Teddy et le mien. C’est ainsi qu’un en bouche, et deux dans chaque main, elle nous prouvait que sa timidité du départ avait disparu. Aidée sans doute en cela par ma mise en place de ce jeu de rôle sexuel. Lequel jeu, par sa réussite, avait fortement contribué à désinhiber cette soirée gang bang qui pouvait enfin démarrer.

Le gang bang de Joyce après le jeu de rôle sexuel

Un gang bang feutré tout en douceur

Vous qui nous suivez depuis des années, vous savez que notre conception du gang bang est plutôt intimiste. Effectivement, son format est d’une femme pour trois ou cinq hommes. Mais en plus d’être intimiste, nous évoluons dans une atmosphère feutrée et sécurisante. Et surtout, nous respectons à la lettre les désirs de la reine de la soirée… Les désirs de Joyce étaient très clairs, elle ne souhaitait pas que son séant subît les assauts des complices présents. Mais elle souhaitait surtout de l’élégance dans les paroles, les actes, les attitudes. En cela j’étais sûr de mon choix avec Teddy et Milass. Car ces deux-là en plus d’avoir toutes ces qualités, maniaient admirablement bien l’humour. Ce qui avait comme conséquence de la mettre en confiance. D’ailleurs, en rédigeant cet article, mais surtout en y insérant les photos, vous fidèle lectrice, fidèle lecteur devez le ressentir.

Mais pour clore la rédaction de cet article, vous me permettrez de finir sur un conseil. Si vous ne savez pas comment faire pour lancer les ébats, organisez un jeu de rôle sexuel !.

Et vous comment faites-vous pour démarrer une soirée libertine ?.

Crédits Photos : © Gang Bang à Paris

Services sexuels d’une French maid Anglaise

Une fois n’est pas coutume, ce couple Franco-Britannique nous contacta via notre compte Facebook. Nous les rencontrâmes donc le 10 mai 2018. K, trentenaire sexy et son cocu, quadragénaire élégant. Encore une belle rencontre, dans un bel endroit. Puisque leur pied à terre Parisien était la Maison Souquet. Pour celles et ceux qui ne connaissent pas la particularité de l’endroit, sachez que c’était en 1905, une maison des plaisirs. Le scénario imaginé était pervers à souhait. K en French maid pour un groupe d’hommes jouant aux cartes. Notre hotwife, disponible pour servir à table, avec les mains baladeuses, se devant de récompenser chaque gagnant par ses services sexuels.

Les services sexuels de la French maid

Une rencontre préalable autour du bar de l’hôtel

Comme à mon habitude, j’étais le premier sur place, et Nicolas et Samba ne tardèrent pas à me rejoindre. Je reçus un texto du cocu, me suggérant de nous retrouver au bar de l’hôtel. Pour nous le plus dur était de ne pas éveiller les soupçons des barmaids. L’homme se présenta à nous, élégant, il ne déparait pas dans ce cadre imaginé par Jacques Garcia.

Nous attendions le feu vert de la belle Anglaise, qui finissait de se préparer. L’occasion pour nous de parler de l’esprit de notre groupe, de leurs rencontres, enfin, du libertinage Français… Le texto libérateur parvint au cocu. Nous fûmes d’abord deux, le photographe et votre serviteur, à monter les escaliers qui nous menaient à la suite. Puis le cocu partit chercher les deux autres libertins. Le tout avec un naturel et une discrétion de circonstance.

Le tarot permit à K de faire valoir ses services sexuels

Le plus dur ne consista pas à réunir mes complices libertins, même un jour férié. Mais à trouver un jeu de cartes adéquat, connu de tous. Enfin et surtout simple à utiliser. Mon choix se porta donc sur un jeu de tarot. Je demandai à Nicolas d’en apporter un, le cocu en fit autant. Mais notre French maid ne tarda pas à se familiariser avec ces règles.

Ce qui d’ailleurs avait l’air de l’amuser au plus haut point. Nul besoin de vous dire que ce soir là, je n’étais pas en veine. En effet, je ne gagnai aucune des parties jouées. Mais nous étions montés découvrir une bien belle Anglaise et ses services sexuels. Et c’était bien cela le plus important.

Les services sexuels de la belle trentenaire

Le premier à gagner fut Nicolas qui se laissa longuement embrasser sous l’œil du cocu, visiblement excité. Celui-ci vit la main de l’épouse caresser la bosse imposante, qui se dessinait dans le pantalon de notre ami. Ce qui eut le don de provoquer l’érection du mari. Mais K, espiègle à souhait, en profita pour changer de place et se plaça au milieu de Nicolas et Samba.

Lequel gagna la deuxième partie de cartes, haut la main. Il eut droit, lui aussi, aux mains baladeuses de K. Ensuite elle sortit les sexes des pantalons, et les branla énergiquement, avant de les sucer l’un après l’autre. En face du triptyque pornographique, je me trouvai voyeur. Tout comme le cocu du reste, qui n’avait pas choisi sa place par hasard.

La levrette comme récompense collective

Je décidai de me lever et d’entraîner la belle Anglaise vers l’imposant lit. Naturellement, celle-ci offrit sa délicieuse croupe aux assauts de Nicolas. Je me demande encore, avec amusement, en écrivant ses lignes, comment un garçon si fin peut-il être doté d’un sexe si long… Mais n’est-ce pas là le charme des mystères de la nature…

K minauda, mais demanda à plusieurs reprises à notre homme, de ralentir le rythme de l’énergique coït. Elle changea à plusieurs reprises de position. Et en profita pour avoir le sexe du cocu en bouche, pendant que celui de mon partenaire de jeu, continuait à la pénétrer. Il transpirait de cette soirée un parfum particulier, elle me rappelait en tout point la soirée passée avec Isadora.

La double pénétration où humiliation du cocu

Vous vous demandez sans doute pourquoi, après tant d’années passées à organiser, la lassitude ne me gagne pas. Le secret de ma longévité tient en une recette éprouvée : Avant, pendant et après. Mon plaisir consiste à échanger et préparer la soirée, à m’y amuser pendant, quel qu’en soit la manière. Enfin à relater cette aventure au travers de cet article.

En l’occurrence, mon plaisir y est décuplé à l’idée d’imaginer le cocu lisant mon récit. Mais surtout qui se rappellera cette magistrale double pénétration où K accueillit son sexe en elle, et celui de Nicolas au fond de son séant. Elle y prit semble-t-il beaucoup de plaisir. Les services sexuels de K ravirent ce soir-là tout le monde

Le collier au cou, le sperme sur le visage

Le cocu avait prit soin de placer le collier au cou de K, soumise. Mais comment pouvait il se sentir encore plus humilié qu’il ne l’était déjà ?. Tout simplement, en découvrant le visage de l’épouse modèle, copieusement maculé de sperme. Je la plaçai sur le dos, elle garda la bouche ouverte.

Et les jets de sperme virent les uns après les autres inonder son délicat visage. Élégants jusqu’au bout, nous prîmes soin de régler au cocu, les consommations prises au bar. Lequel y alla de son compliment, lui qui avait déjà connu une soirée payante, trouva la nôtre bien plus conviviale. Notre recherche est le plaisir, et cela n’a pas de prix…

Crédits Photos : © Gang Bang à Paris

gang bang masqué pour la belle June

Samedi 26 novembre à 15 heures, June, conduite par Xam pénètra dans l’antre des plaisirs, où je l’accueillis. Mon masque vénitien sur le visage, je ne dis mot comme pour mieux préserver la surprise. June savait qu’elle se rendait à un après-midi libertin, mais cette fois-ci, elle voulait de l’élégance. Donc une initiation sous forme de gang bang masqué. Point d’hésitation de sa part, au moment de pénétrer dans l’appartement…

La jouissance de June : tous ses sens furent décuplés

Les quatre autres compagnons attendirent assis dans le canapé et les fauteuils, se levèrent, puis à leur tour, firent le baise-main. June en totale confiance se laissa guider, Nicolas l’assit entre eux. Il se positionna à sa gauche et Samba à sa droite, puis lentement la caressa. Des petits gémissements se firent entendre, puis des gloussements quand elle happa les sexes de nos deux protagonistes. Leurs mains habiles s’occupèrent de caresser ses seins. Quant à Christophe, il se précipita vers son entrecuisse, et goulûment passa sa langue sur son clitoris. L’après-midi était d’une rare intensité. Et que dire de la promptitude des festivités…

gang bang masqué pour la belle June

Le silence fut déchiré par les cris de la belle

Les hommes eux aussi étaient en confiance, cela se ressentait dans la formidable complicité qui transpirait de ce groupe constitué. L’espace d’une escapade libertine, Nicolas, Samba, les deux Christophe et votre serviteur contemplaient chacun leur tour le magnifique corps de cette femme, laquelle s’abandonnait petit à petit dans ce tourbillons de plaisirs.  Mais elle ne réclama pas de pause, et semblait en vouloir toujours plus…

Le gang bang masqué, l’autre forme de l’élégance

Xam nous avait fourni les prémices du scénario, que nous nous efforçâmes de respecter à la lettre, sa belle avait soif de double pénétration, et Christophe semblait lire dans ses pensées. Nicolas s’allongea sur le lit, June, fière, s’empala sur son sexe, se cambra, comme pour mieux accueillir dans son séant, celui de Christophe. Après s’être délecté d’une coupe de Mumm, elle nous fit sentir qu’elle avait soif de sperme. A genoux sur le parquet, toujours recouverte de son masque, elle reçut le liquide de cinq messieurs sur son visage…

Crédits Photos : © Gang Bang à Paris

Gang bang moderne inventé par Olivia

Si nous devions retenir qu’un gang bang moderne, ce serait celui-là. Car tout y était réuni. Commençons par l’endroit délicieusement décalé : un loft avec piscine en plein Paris. 4 hommes masqués, des hôtes adorables, enfin un beau couple cordial. Le décor enfin planté, Olivia ne devait pas voir les hommes, à l’étage. Ces derniers au bar dégustaient une coupe de bon champagne.

Gang bang moderne avec quatre messieurs

Nue sous son long manteau, elle les découvrit également vêtus du plus simple appareil. Les bruits de ses pas dans les escaliers annoncèrent sa venue, puis la porte s’ouvrit, nous découvrîmes son visage, puis son corps. Sa main gauche effleura les fessiers de ces messieurs,dont le sexe comme par enchantement se redressa promptement. Mais ils se montrèrent patients, obéirent au doigt et à l’œil aux désirs de la belle Olivia. Redoutable fellatrice, extrêmement souple, elle s’agenouilla pour prendre en bouche ces sexes, tous plus beaux les uns que les autres. Toujours debout, perchée sur ses chaussures à talons, Marco décida fébrile, d’être le premier à la prendre. Bouleversé par tant de beauté, il déchira l’emballage du préservatif , puis la pénétra, tout en lui claqua les fesses.

La fessée : le moteur de son plaisir

Olivia adore la fessée, adore être bousculée, malmenée sentir qu’elle est l’objet du désir des hommes. Cependant, sans donner l’impression de perdre le contrôle. A force de sentir les mains claquer son séant, de belles marques rouges firent leur apparition. La fessée est un art, et ce n’est pas notre ami Patrick Georges qui nous dira le contraire. Enfin ce fut au tour de Rafaël de s’occuper de la belle. Lui qui piaffait d’impatience, prit par la main Olivia et la plaqua sur une table. Il releva ses jambes et les plaça de part et d’autre de son cou. Olivia s’abandonna petit à petit et ferma les yeux.

A quoi pensait-elle ?, seule elle le sait…

Crédits Photos : © Gang Bang à Paris