épicurienne

Le saphisme des drôles de dames

Le saphisme est un mot que je qualifierai de plaisant à écouter et à regarder. Encore plus quand une femme s’en empare et le prononce. Mais, en ce frileux soir de décembre 2009, je pus le lire sur les bouches de trois femmes… Lesquelles avaient tout simplement envie de profiter d’elles, de se déguster, de se savourer, avant de goûter à ces messieurs. Alors discrétement, patiemment, nous profitions de chaque moment avec délectation. Donc, à distance, nous attendions le feu vert, le top départ qui pouvait venir ou pas… Ces femmes avaient tout simplement envie de se faire l’amour, de baiser entre elles, au coin du feu. Cette soirée eut lieu le 13 décembre 2009, et en parcourant les formidables clcihés en noir et blanc, je ne pouvais que sentir la sensualité et la beauté de ceux-ci me frapper en pleine tête, me sonner… Le temps était suspendu…A leurs lèvres…

Profitez chères lectrices de ce récit, organisé par un homme, pour des femmes… Vous reprendrez bien un peu de Saphisme au coin du feu ?

Le saphisme au coin du feu

Le Saphisme au coin du feu

Nous retrouvions Serena, qui en plus d’aimer les femmes mais aussi la pluralité masculine, nous rappelait qu’elle souhaitait toujours sa boisson préférée : le mojito. Ce serait donc une soirée sous le signe du saphisme, mais aussi et surtout sous le signe de l’hédonisme. Où le plaisir comme leitmotiv… Ce plaisir que j’ai quand j’organise, quand je suis acteur ou voyeur. Mais aussi quand j’écris des articles que je vous offre. Mais cette soirée était aussi sous le signe des contrastes. En effet Nelly, la blonde Polonaise était aux antipodes de Serena, la brune méditerranéenne, d’origine Italienne, au tempérament volcanique. Nul doute que leurs baisers allaient faire des étincelles, le chaud et froid se mariait à merveille, nous pouvions le constater…

Le saphisme et ses plaisirs

L’appétit dévorant des déesses de l’amour

Sur le canapé, un bandeau sur les yeux, Nelly masquait sa timidité du mieux qu’elle le pouvait. Mais ne se fit pas prier pour acceuilir entre ses bras, la sulfureuse latine. Donc, elle prendrait les choses en main. Presque Domina, sous l’effet de sa libido ou des mojitos. Or cette passion débordante transpirait en direct, mais aussi au travers des photos que nous vous offrons… Serena occupait l’espace et menait la danse. Cela se voyait et sentait. Sa bouche mordillait la délicate poitrine de Nelly, ses doigts caressait sa vulve ruisselante de cyprine… Sa voix guidait la belle Polonaise et la poussait dans ses retranchements. Nelly ne tardait pas à jouir…

le sasphime quand la brune caresse les seins de la blonde

Une femme avec une femme… Le saphisme dans tous ses états

L’air de Mecano aurait put passer en boucle ce soir là, tant la voix de la belle Ana Toroja se serait mariée à merveille. Mais une femme avec une femme, ne vaut pas le titre originel, qui donne la chair de poule… Ce soir-là c’était bien : « Mujer contra mujer », redondant dans ma tête… Nous étions fiers de pouvoir voir ce magnifique spectacle, de jouir avec elles. Mais surtout fiers de respecter à la lettre leurs moindres désirs… Alors j’écris ces lignes, et je ne peux contenir mon émotion. DIeu que c’est beau une femme !, Diantre que c’est bandant une femme !… Que je suis fier d’être organIsateur amateur de soirées libertines… Pour elles…

Nous étions submergés par tant de beauté, de sensualité, mais la soirée montait crescendo…

Nelly s'abandonne sous la langue délicate de Sarah

Le gang bang des drôles de dames

Mais patiemment Naomi qui jouait sur ses terres n’allait pas tarder à entrer dans la danse. Et autant en solfège, on a coutume de dire qu’une blanche vaut deux noires, autant ce dimanche ce fut l’inverse. Naomi, telle une star de cinéma éclaboussait de son talent l’écran. Magnifique femme Sénégalaise, à la posture impeccable, soumise avec les hommes, mais dominatrice avec les femmes, elle décida d’enmener Nelly à l’étage pour la placer sur le sling. Notre belle Polonaise ne tarda pas à sentir le doigts de Naomi au fond de sa bouche et le bruit de sa bouche suçant les mâles les uns après les autres. Elle n’avait pas son pareil pour nous faire bander. Donc nos sexes prêts à pénétrer Nelly avec envie, nous faisions preuve d’une extrême délicatesse, afin que le changement ne soit pas, pour elle, trop brutal.

Nelly mordille les doigts de Naomi, l'expression du saphisme

La femme objet au service des femmes et des hommes

Nelly subissait, mais avec plaisir les assauts de ces deux femmes et des 5 hommes présents. Nul doute que pour sa première fois, notre superbe blonde allait garder un formidable souvenir de ce moment hors du temps. Et comment ne pas en être fiers puisque nous y avons grandement contribué… Réaliser des fantasmes, nous le faisons depuis presque vingt ans, et quelque chose me dit que nous continuerons à être les dignes représentants de ces formidables souvenirs…

Update spécial Cornonavirus :

Nos soirées reprendront, soit à partir de Juillet 2020, soit en Septembre 2020, en attendant vous pouvez toujours nous contacter pour une demande d’organisation de gang bang.

Crédits Photos : © Gang Bang à Paris

La fièvre du BDSM est en Sultana

Le libertinage permet de faire de belles rencontres, et ce mercredi 28 juillet 2010, nous rencontrIons un autre couple adepte de fétichisme. Tout comme Tatiana, la belle Sultana avait envie, elle aussi, d’une soirée à tendance bdsm. Aussi Jean nous invita dans son magnifique appartement équipé de la rue Mouffetard. Mais ce que ne savait pas notre belle quadragénaire, c’est qu’elle allait être accompagnée par Miss S. Sacrée surprise pour Sultana !, qui avait décidé de garder son loup en cuir, tout au long de cette séance soft. Elle avait la fièvre du bdsm, et nous le démontra durant cet après-midi estivale… Pas besoin de vous préciser qu’à cause de l’épidémie de Coronavirus, cet article traite d’une soirée passée…

la fièvre du bdsm
Sultana boit du bon champagne pour se détendre

La mise en bouche avant le débuts des jeux libertins

Sultana était une femme très timide, mais qui a gardé un souvenir ému de ce moment en notre compagnie. Pour vaincre sa timidité, elle pénétra dans l’appartement de Jean, les yeux masqués. Et ne parla que très peu durant ces longues heures de cette lourde escapade estivale… Il faut dire qu’elle avait de quoi être impressionnée, puisque cinq hommes composaient ce gang bang. Jean, Stan, Jeremy, Raphaël et votre serviteur en étaient. Mais ce que ne savait pas non plus la belle soumise, c’est qu’une autre femme tout aussi timide, attendait en spectatrice discrète… Sultana avait soif de détente, soif de voix rassurantes, soif de jouissances. Enfin avoir la fièvre du bdsm. Et quoi de mieux pour se détendre que la présence d’hommes délicats, assise dans un confortable canapé, une coupe de bon champagne à la main…

les préparatifs du gang bang
L’ élégance qui se dégage de Sultana

La fièvre du Bdsm comme le diable au corps de la soumise

A force de pratiquer nos soirées, depuis tant d’années, nous savions tous ce que nous avions à faire pour que son excitation monta… Depuis huit ans qu’existait le groupe, nous savions quel était notre rôle. Par exemple, Jeremy était le roi du cunni et du squirt, Stan le roi des fougueux baisers et des fessées. Quant à Raphaël et Jean, ils étaient les spécialistes de l’anal et de la double pénétration… Quant à votre serviteur, tel le chef d’orchestre de ce quintet, je donnais de la voix, et me contentais d’être voyeur et acteur. Mais ce que nous savions surtout concernant une première fois, c’est de ne surtout pas oublier de flatter celle qui était la reine des attentions… A l’écoute de mes mots doux et crus à la fois, et des mains qui parcouraient son corps, Sultana soupira… Puis posa sa coupe et écarta ses cuisses…

Sultana est apaisée
Une dernière cigarette pour Sultana avant de sentir les mains sur son corps

Le quintet en action au service du plaisir

Les cuisses bien ouvertes, le sexe bien dégagé, Jeremy ne se fit pas prier pour se délecter de sa cyprine qui coulait abondemment… Puis grâce à l’agilité de ses doigts, il fit fontaine la belle, presque gênée par les formidables jets lâchés… Puis Sultana branla d’une main Raphaël, et de l’autre Jean, pendant que sa bouche suçait goulûment Stan. Quant à moi je dissertais avec Miss S au sujet de sa poitrine, qu’elle avait envie de caresser. La question que nous nous posions tous à ce moment précis, était de savoir quand elle allait se précipiter sur Sultana pour la bouffer… La soumise ne pouvait voir tous les sexes de ces messieurs, fièrement dressés vers le ciel. Et, tels des orgues de Staline, ils ne tardèrent pas à entrer en action.

la fièvre du bdsm : prise en gang bang
Le gang bang de Sultana

La fièvre du Bdsm montait toujours un peu plus

Sultana, ébouriffée, suait sous son loup, mais prenait du plaisir, à en juger par les sons qui sortaient de sa bouche… Puis Jean la plaça sur le sling, où elle fut prise à la chaîne par nous tous. Pendant ce temps, agenouillée, Miss S préparaient les queues qui pénétreraient Sultana. Mais sans nous y attendre, elle poussa énergiquement le sexe de Raphaël qui enculait la soumise, pour se laisser aller à un formidable cunnilingus. Sultana, destabilisée par cette langue qu’elle ne savait pas féminine, comprit qu’elle se faisait lêcher par une femme, quand elle entendit les gloussements de Miss S.

Le final en apothéose de ce gang bang dantesque

Déjà deux heures que nous jouions, et Sultana ne tarda pas à nous montrer ses limites. Donc, elle souhaitait finir sa mémorable aventure par un bukkake tout aussi dantesque que son gang bang. Elle s’allongea, découvrit chacun de nos visages. Puis réclama en abondance, la semence qui allait recouvrir son visage et sa bouche. Et je puis vous assurer que cette pratique est difficile à réussir sans une parfaite synchronisation des éjaculations… Mais, à l’image de l’ensemble de cette parenthése, nous y parvînmes avec une joie non dissimulée. Et comme rien n’était ordinaire dans cet instant, nous décidâmes d’un after dans le bois de Vincennes avec Miss S … Deux soirée en une !.

Le témoignage de Sultana fut à l’image de la soirée

Bertrand et son équipe… Comment dire sans en oublier ?. Charmants, courtois, à l’écoute, adorables et… très sexe !. Merci Bertrand d’avoir écouté avec tant d’attention notre demande, de l’avoir réalisé avec tant de qualité. Merci aussi d’avoir permis à Sultana de découvrir son premier cunnilingus féminin. Mention particulière à la belle S, que Sultana aimerait beaucoup revoir. Car elle est vraiment tombée sous le charme. Faites- nous signe dès que vous organisez une soirée dans un endroit aussi génial que celui-ci. On fera des pieds et des mains pour vous y rejoindre ! …

Update spécial Cornonavirus :

Nos soirées reprendront, soit à partir de Juillet 2020, soit en Septembre 2020, en attendant vous pouvez toujours nous contacter pour une demande d’organisation de gang bang.

Crédits Photos : © Gang Bang à Paris

Gang Bang Fetish dans un palace Parisien

Quand nous traversons une période de crise profonde, par confort, nous nous tournons vers le passé. Nous nous rattachons à nos valeurs. Et puisque j’évoque ici les valeurs, comment ne pas vous relater la plus extaordinaire des soirées fetish jamais vécue par nous. Le gang bang le plus classe, élégant, ultime jamais vécu. Mais, pour cela, il nous fallait un cadre, un écrin de choix, j’ai nommé Le Plaza Athénéé. Une fois le cadre de cette escapade défini, un couple Belge à tendance BDSM, enfin  trois complices libertins adeptes de soirées déjantées. Nous étions un samedi soir, le dix-sept novembre 2012… Ce soir-là, chères lectrices et lecteurs, restera gravé dans nos mémoires… Voici le Gang Bang Fetish.

Pas besoin de vous préciser qu’à cause de l’épidémie de Coronavirus, cet article traite d’une soirée passée…

Le gang bang fetish
Tatiana offerte menottée…

La rencontre épique au bar de l’hôtel

A 21 heures précises, mon téléphone vibra, c’était Peter qui nous attendait au bar de l’hôtel. Mais il n’était pas seul, l’amant qui répondait au prénom de Sven l’accompagnait. Ils étaient désolés du retard pris, mais nous savions pertinemment que pour ce genre de scénario, cela se produisait régulièrement. Pour nous, le plus problématique n’était pas là, il s’agissait surtout de ne pas se faire remarquer dans pareil endroit… Pour plus de discrétion, Peter et Sven avait prévu de nous détailler le déroulé de la soirée. Sans doute afin de simuler leur cérébralité. Mais surtout encore une fois pour être le plus silencieux possible… Donc, je serai le premier à me rendre dans la spacieuse suite, où Tatiana la soumise me serait offerte, en levrette sur le lit. Parée d’un corset en latex, de bottes et d’une cagoule de Catwoman, dans le même matériau, elle s’attendait à subir mes assauts.

Le gang bang fetish : Tatiana se prépare pour le deuxième assaut...
Tatiana se prépare dans la salle de bain

Le Gang Bang Fetish pouvait commencer…

Comme à chaque fois, les éternelles questions me traversaient l’esprit : allait-elle me plaire ?, mon érection n’allait-elle pas me trahir ?. Plus le temps de cogiter, j’étais à la porte de la suite, située au dernier étage du Palace… Elle avait suivi à la lettre les recommandations de l’amant. Le moins que nous pouvions dire, est qu’elle occupait merveillement bien l’espace. En levrette sur le lit king size, je devais m’occuper dans un premier temps essentiellement de son cul… Et cette imposante soumise, par la taille, et par la tenue, avait un séant aussi acceuillant que son sexe annelé. Tatiana en imposait, elle avait reçu l’ordre de ne pas s’exprimer, malgré mes assauts au fond de son cul de plus en plus forts. Pour tout vous avouer, j’adore sodomiser une femme, et on me dit, en toute modestie, excellent dans le domaine…

Fermement aggripé à sa taille, j’en profitais pour utiliser le paddle de temps en temps pour marquer ses fesses.

Petra sur les toits de Paris
La chatte sur le toit brûlant

Le prolongement du Gang Bang Fetish

Avec délectation, ma pénétration était de plus en plus vigoureuse, intense, je serrais les dents et lui baisais copieusement ce cul, comme une chatte… Mais je commençais à fatiguer. Heureusement, Marco et Franck me rejoignaient tout aussi discrétement que je ne l’avais fait. Toujours dans son cul, Tatiana avait deux sexes en bouche, qu’elle sentit grossir au fond de son palais. Mais elle ne souhaitait pas de délicatesse, nous l’avions bien compris… Comme nous avions compris qu’elle ne pouvait toujours pas s’exprimer. Les odeurs de cyprine envahirent peu à peu la suite, et je compris rapidement pourquoi… Marco, pendant que je continuais à lui labourer le séant, pratiquait le squirt. A chacun son péché mignon, cet artiste des doigts était capable de faire fontaine n’importe quelle femme… Et les draps de tardèrent pas à être littéralement innondés…

Paris by night
Paris by night

Paris ce soir-là nous appartenait

La chambre était séparée du salon par une porte coulissante, et ce fut dans le salon qu’allait se dérouler le deuxième acte de cette extraordinaire soirée. Pendant que nous dissertions avec le mari dans la chambre, Sven, l’amant, amateur de shibari, avait savamment ficelé Tatiana. Et quand la cloison s’ouvrit, nous la découvrions menottée, debout, un crochet anal en place. Cette fois-ci, Sven nous lança : »Messieurs, sa bouche et son sexe vous sont offerts ! ». Et d’ajouter : « faites-en bon usage ! ». Autant vous dire que personne ne se fit prier….

Cette soirée nous marquerait à jamais, le lieu exceptionnel, le couple qui l’était tout autant, l’amant sans oublier mes deux complices. Et bien entendu la star de la soirée, Paris qui nous ouvrait ses bras, et nous offrait un splendide spectacle dans le brouillard automnal…

Update spécial Cornonavirus :

Nos soirées reprendront, soit à partir de Juillet 2020, soit en Septembre 2020. Et si vous aussi, vous vouliez un Gang Bang ?

Crédits Photos : © Gang Bang à Paris

La métamorphose du papillon

L’histoire que je vais vous raconter n’est pas un récit gang bang. D’abord elle ne concerne que deux protagonistes. Ensuite, elle est pour le moins déroutante… En effet, elle raconte l’histoire d’une formidable métamorphose, celle d’une jeune femme qui devint femme, d’une chenille qui devint papillon… Notons que ce processus prit des années. Donc, cInq ans après, je me devais, fidèles lectrices et lecteurs, de mettre en lumière cette femme qui m’a marqué et qui me marque encore… Avant tout, voici comment m s’est transformée en Julia pour redevenir M. Voici le récit de la métamorphose du papillon

La première rencontre avec la jeune femme : La métamorphose du papillon

La première rencontre avec la jeune femme

Pour commencer, une fois n’est pas coutume, je fis la rencontre de la déliciseuse m sur Tinder. m avait soif de soumission, moi de domination. Quant au match, il fut entre nous immédiat. Avant tout, la première rencontre se passa à la sortie de sa faculté. A vrai dire, je me souviens de cet instant, gravé dans ma mémoire. Egalement, de cette jeune femme qui n’avait pas froid aux yeux, de cet après-midi ensoleillé… Puis, nous fîmes connaissance en roulant, elle intimidée mais décidée, moi donnant l’image de l’homme mature confiant. Quant à notre premier séance bdsm, elle eut lieu immdiatement dans un hôtel aux abords de son université.

Notre première séance BDSM avec Julia

Notre première séance BDSM avec Julia

m partit se préparer dans la salle de bain. mais à peine en sortait-elle, que d’une voix ferme et autoritaire, je lui ordonnais de me rejoindre à quattre pattes. Je la sentais destabilisée, mais percevais déjà sa soif de bien faire… Même si nous ne le savions pas encore, ni elle, ni moi, nous étions amenés à nous revoir… Aussi, une fois mon costume de dominateur revêtu, mon regard changeait. Et ma perversité se lisait sur mon visage. Or, je souhaitais que celle qui allait devenir ma soumise puisse le constater. Désormais, celle qui avait choisi le pseudonyme de Julia serait mienne… D’une main ferme je plaçais son collier autour de son cou. Puis, au bout de sa laisse, appliquée, Julia s’efforçait de donner satisfaction… Mais cette séance fut relativement brève, le but étant d’y aller progressivement…

La métamorphose du papillon

La métamorphose du papillon

Entre-temps, m la jeune femme laissa la place à Julia. Plus tard, le 22 mars 2015, elle reçut son contrat de soumise, qu’elle signa et remit en main propre à votre serviteur. Plus d’un an après, Julia me fit parvenir cet email :

« Bonsoir Maître Bertrand, Votre chienne et propriété Julia a très très envie d’un gangbang … Elle souhaite un GB des plus pervers où tous ses trous mis à disposition pour satisfaire ces messieurs mais surtout son Maître … Etre entièrement livrée, attachée, défoncée comme il se doit. Et plus le temps passe plus cette envie augmente. Bien évidemment, livrée aux pieds de son Maître, tenue en laisse par ce dernier. Au-delà de son simple plaisir personnel, elle veut satisfaire son Maître en lui prouvant son obéissance, son dévouement, et qu’elle est un bon vide-couilles. Bien à Vous ».

Soumise Julia

L' émergence du magnifique papillon

L’ émergence du magnifique papillon

Vous l’aurez sans doute compris, la crysalide s’est transformée en un somptueux papillon. Et même si j’ai vécu des moments intenses avec Julia, même si à priori c’est elle que je devrais le plus mettre en lumière ici, c’est la femme que je revois actuellement qui me trouble le plus. En effet m la jeune femme s’était muée en Julia, mais est redevenue M, une femme de 23 ans. Quant à Julia, elle n’est plus, n’existe plus, laissant m mettre une majuscule à son prénom. Désormais cinq ans ont passé depuis notre première rencontre. Notons que la jeune femme au départ rencontrée, ne m’intéressait pas autant que la créature enfantée : Julia. Grâce à ma reprise de contact au début de cette année, c’est désormais l’inverse,

La métamorphose du papillon : la conclusion

Je découvre M, celle que je ne connaissais pas, une femme sensible, belle, intelligente. Nous faisons l’amour et nous baisons… Elle et moi profitons à fond de l’instant présent. Désormais, elle me fait part de ses goûts, aussi simples soient-ils, j’en fais de même, car moi aussi j’ai tué BERTRAND

Mais je vais vous faire une confidence, je vais lui organiser un beau gang bang , et l’inviter à une soirée multi-couples, car c’est son souhait.

Puis le joli papillon prendra son envol et déploiera ses gracieuses ailes dans le ciel…

Alors je lui dirai : »Adieu petit papillon »…

Crédits Photos : © Gang Bang à Paris

Le triptyque du gang bang en trois mots

Tout commença par un mail reçu en fin d’après-midi, un soir de décembre 2019. Rédigé par le mari candauliste, il attira mon attention car il évoquait un projet de soirée pluralité original. En effet, ce qui me frappait, c’était l’extrême concision de celui-ci. Son but avoué était de faire monter le désir de la chère et tendre femme. Afin de marquer son anniversaire à venir. Mais ce qui me plaisait par dessus tout, c’est qu’il me faisait penser à la réalisation du fantasme libertin que nous avions organisé pour Tristan. A savoir que MIchel connaissait Hélène sur le bout des doigts, en appelait à sa cérébralité. De la sorte, elle s’ouvrirait comme une fleur. Car n’oublions pas : « ce qui ouvre le vagin d’une femme c’est son coeur »… Au travers de ce récit, je m’en vais vous raconter l’élaboration du triptyque du gang bang.

Le triptyque du gang bang

Le projet de soirée pluralité en trois actes

Une enveloppe déposée au pied du sapin de Noël marquait le commencement de cette passionnante trame. Dans ce pli, un flyer élaboré par le mari candauliste : un bon pour une soirée surprise pleine de surprises… Donc, sous la forme d’un flyer explicite, la chère et tendre saurait à quoi s’attendre. Mais ce flyer ne fut pas remis à n’importe quelle occasion. Puisque placé au pied du sapin, le soir de Noël. Ensuite, la belle reçut de ma part un sms évoquant les détails de la soirée, la tenue souhaitée, la date choisie. Enfin, dans un troisième temps, l’endroit retenu, je fis part à la douce du rôle que nous souhaitions lui voir jouer. Et qui du reste la faisait fantasmer : celui d’une escort girl d’un soir.

Dans les faits, après un verre pris dans un bar, nous nous dirigerions vers l’appartement, puis les quatre autres hommes nous rejoindraient, et ne repartiraient qu’après l’avoir fait chavirer.

un indice pour MIchel
La culotte qu’hélène devait retirer sitôt la porte franchie, comme un indice pour MIchel…

Le triptyque du gang bang : Grisée tu commenceras…

Nous étions le samedi onze janvier 2020, dans le somptueux appartement Haussmannien, j’étais comme à mon habitude pris de fébrilité. Cela sans doute à cause de mon côté perfectionniste. VIngt et une heure précise, je guettais par l’œilleton, la venue de celle qui avait gagné le droit de lâcher prise, de s’abandonner. Pile à l’heure, je la vis changer de chaussures dans le hall de l’immeuble. Puis sonner à la porte, et lorsqu’elle pénétra, je demeurai troublé par un détail frappant, elle ressemblait comme deux goûtes d’eau à la femme rencontrée lors de mon premier triolisme en 2001… La surprise passée, je l’accueillis avec les égards de circonstance. Nous disposions de trente minutes pour faire connaissance. Mais je savais qu’elle se sentait parfaitement à son aise. Force était de constater que tout transpirait l’élégance, elle , sa tenue, ce cadre et ce si bon champagne.

Quelques minutes avant 21 heures 30, je lui fis visiter l’appartement et lui demandais de s’allonger sur le grand lit, les yeux fermés. Et comme j’avais pris soin de laisser la porte entrouverte, mes trois complices libertins en profitèrent pour rentrer accompagné du mari.

MIchel avait gardé la culotte d'hélène

Le triptyque du gang bang : Bousculée tu continueras…

Ce que notre pensionnaire d’un soir ne savait pas, c’est que Michel s’était installé dans la salle de bain. Et comme la lumière était éteinte, il pouvait profiter, à loisir, et sans risque, du spectacle offert. Quel mari candauliste n’aurait pas eu envie d’être à sa place ?. Pour voir sa femme ainsi bousculée, ébouriffée… Hélène jouissait, bouleversée par ces si délicates attentions, elle était la reine de la soirée. Puis les mains des solistes se posèrent sur elle, une, puis deux, les sexes aussi se dressèrent. Hélène, insatiable, offrait la moindre parcelle de son corps aux plaisirs qui s’offraient à elle… Enfin une queue dans la bouche , une autre au fond de sa chatte, j’en profitais pour immortaliser ces instants, non sans oublier de « ravitailler » en champagne l’époux aux anges…

Oui nous pouvions le dire et même l’écrire, Hélène était bel et bien bousculée. En effet, elle avait le sexe de Nicolas en bouche, et Sam en levrette au fond de son cul. Lequel Sam lui claquait les fesses, et lui tirait les cheveux, en laissant échapper des mots crus…

le réconfort après le gang bang de la belle Hélène

Le triptyque du gang bang : Possédée tu finiras…

Michel avait finit par nous rejoindre, il avait réussi son pari, et se montrait autant heureux que ne l’était sa femme. Et comme par magie la soirée gagna en intensité. En effet elle ne jouait plus avec un sexe ou deux, mais quatre en même temps. Elle avait le chibre de Sam en bouche, s’empala sur celui de Stan, pendant que celui de Nicolas fouillait son séant. Quant à Michel, il eut droit à une magnifique branlette… Nous ne comptions plus les heures passées, tout le monde s’en fichait. Puis, nous en profitions pour boire quelques coupes de bon champagne, en faisant un simple constat : les bouteilles finiraient épuisées avant elle…

Comme pour nous remercier un à un, Hélène nous demanda où nous souhaitions jouir. Qui sur son visage, ses seins ou sa bouche ?, encore une délicate attention…  Cette soirée se terminait décidément en apothéose.

Un mari candauliste et sa femme épicurienne

Le témoignage du couple sur cette soirée plus que réussie

Grisée, Bousculée, Possédée … Quand le rêve devient réalité !. L’envie de surprendre me trottait depuis un moment jusqu’à proposer un scénario surprise à Bertrand. Voilà un gentleman charmant, aux petits soins pour réaliser vos fantasmes dans les moindres détails et avec une grande complicité. La suite, un lieu d’exception, un accueil délicieux, une ambiance détendue, des complices virtuoses qui ont enflammé Hélène jusque tard dans la nuit. Une soirée qui restera longtemps dans nos mémoires…. Parce que 19 ans d’expérience feront toujours la différence : Gang Bang à Paris, what else !

Merci Bertrand…

Et vous qu’avez-vous donc envie ?

Crédits Photos : © Gang Bang à Paris

La parfaite alchimie libertine d’une soirée gang bang

Nous recevons des mails à profusion de couples pour l’organisation de gang bang. Mais celui-ci attira notre attention, car monsieur et Madame se présentaient comme : » très unis et amoureux ». Le genre de couple dont vous percevez rien qu’à la lecture de leurs écrits, qu’ils sont formidablement complices… Nous nous devions donc de ne pas les décevoir. Pour cela,je disposais de tous les ingrédients nécessaires : un luxueux appartement Haussmannien dans les beaux quartiers Parisiens. Mais aussi, quatre hommes du groupe, élégants dans le verbe et la tenue. Enfin du champagne de marque MUMM et des préservatifs Manix skyn. Le cadre trouvé, il nous fallait bloquer la date idéale qui convenait à tous. Et attendre toujours avec le même trac leur venue. Tels des chercheurs d’or, nous réussissions ce soir là à atteindre la parfaite alchimie libertine.

La parfaite alchimie libertine

Le respect à la lettre du fantasme de Madame

Solouna, souhaitait démarrer la soirée de façon ludique. En effet, après avoir bu quelques coupes de champagne bien fraîches, elle demanda à ELyas, son homme, de lui poser le bandeau rouge sur les yeux. Ensuite, celui-ci la conduisit jusqu’à la chambre. Ne me demandez pas pourquoi mais j’entends encore aujourd’hui le bruit de ses bottes sur le parquet. Une fois la belle au bord du lit, je sentais son souffle haletant : mélange de stress et d’excitation. Mais comme souvent dans ces cas-là, la main de son homme n’était pas loin, et elle la sentit aussitôt, en se fendant d’un sourire qui illumina son doux visage. Nous n’étions pas silencieux, nous la flattions, tout en profitant pour explorer en détails les moindres recoins de son anatomie. Cette belle soirée libertine démarrait sur les chapeaux de roues…

Solouna la libertine expérimente la parfaite alchimie du gang bang

La parfaite alchimie libertine continuait dans un rythme crescendo

La reine d’un soir plaisait, car ceux à qui elle avait choisi de s’offrir, bandaient copieusement. Habilement, notre déesse, la bouche fouillée par la langue de son homme promenait ses mains sur les corps de Stan et NIco. Et toujours aussi habilement, réussit à déboutonner les boutons de chemises de mes complices. Puis à extirper les sexes des caleçons. Lesquels queues piaffaient d’impatience de prendre l’air. Puis agenouillée, faisant preuve d’une grande souplesse, elle passa et repassa sa langue sur ces colonnes de chair tendue… La parfaite alchimie libertine se confirmait, et ce moment de grâce me rappelait la soirée gang bang de Camille. Comme à mon habitude, depuis ma place privilégiée, j’observais, je sentais et ressentais. L’intensité et la variété des pénétrations me sidéraient à croire qu’ Elyas connaissait le Kamasutra par cœur…

Soulouna la libertine en gang bang

L’ inattendu dénouement de cette folle soirée gang bang

Comme toujours, pour être certains de réussir une soirée, il faut écouter l’autre, tendre l’oreille, sentir quand les festivités doivent se terminer. Cela faisait plus d’une heure trente que la belle libertine multipliait les acrobaties… Pénétrée par devant, par derrière, elle souhaitait finir recouverte de sperme. Et c’est dans ces moment là que nous autres les hommes sommes en difficulté. Il nous faut caler notre éjaculation sur celle du voisin, et contrôler notre jet. Ne rigolez pas chère lectrice, cher lecteur, c’est tout un art. Mais comme elle avait commencé, la soirée Gang Bang de Soulona ne pouvait finir sur une fausse note…

A la fin de cette soirée, séduit par le profil d’Elyas, je lui demandai si elle acceptait de nous prêter Monsieur pour nos soirées libertines. Et Solouna accepta, Monsieur Coquinous92 fait aujourd’hui partie du groupe Gang Bang à Paris.

Crédits Photos : © Coquinous92

Le gangbang comme seule religion

Beaucoup de femmes aiment afficher leurs croyances, et Esmeralda ne fait pas exception à la règle… De par ses origines tout d’abord, elle nous vient de la péninsule ibérique. Mais surtout sa religion au delà du libertinage, est le gangbang. En 18 ans d’organisation de soirées libertines, nous n’avons jamais connu une femme si joueuse, espiègle et qui assume pleinement sa sexualité débridée. Le mot tabou n’existe pas dans son vocabulaire, elle prend du plaisir dans toutes ses pratiques. Et a aussi et surtout soif de satisfaire son partenaire, fervent partisan du candaulisme.

La religion du gangbang

Il se passe toujours quelque chose aux Galeries Lafayette !

le célèbre slogan est toujours d’actualité, car ce fut au rayon lingerie de la célèbre enseigne Parisienne, que nous fîmes sa connaissance. Grande, plus d’un mètre 75, perchée sur ses Louboutin, je fus ébahi par sa grâce et son élégance. Malgré le fait qu’elle m’impressionnait, je me décidai à l’aborder. Elle éclata de rire et me demanda si j’avais l’habitude de procéder de la sorte. Mais à peine avait-elle fini sa phrase, qu’elle m’entraîna dans une cabine d’essayage, un magnifique ensemble Aubade à la main. Après avoir pris soin de s’assurer que le loquet de la porte était bien fermé, elle déboutonna mon pantalon. Et passa sa langue experte sur mon sexe qui n’en demandait pas tant…

Esmeralda est fétichiste

Anal slut, exhibitionniste, spermophile mais surtout adoratrice du gangbang

Esmeralda, en plus d’être particulièrement douée pour faire jouir un homme, offre de la même façon sa bouche, son sexe, que son séant. Sauvé par un préservatif en poche, je la positionnai en levrette sur le petit banc. Ma main sur sa bouche, je me contentai fébrilement de veiller à ce qu’aucun(e) client(e) ne soit alerté(e) par le bruit de mon lubrique assaut. Jamais une sodomie ne m’avait autant excité. Soudain, elle sortit de la poche de son manteau son portable. Lequel me permettait de prendre des clichés pour Juan son époux. Je m’efforçai durant ce périlleux coït de faire de mon mieux.

Esmeralda prend la pose avant les ébats sexuels

la délivrance de ma jouissance, mon sperme au fond de sa bouche.

Quand je me remémore cette extraordinaire aventure, une image me revient sans cesse accompagnée de mots. Celle de son rouge à lèvres qui tenait toujours, malgré la force de la fellation prodiguée. Et les mots en espagnol de la belle Ibère qui me traitait de pervers, et d’autres amabilités. Enfin la jouissance frappa à ma porte. Et ce fut un torrent de sperme qui inonda la bouche de notre belle madrilène. Elle n’était pas au bout de ses surprises car je lui demandai de rester là, de se refaire une beauté. Le temps, pour moi, d’appeler mes complices qui étaient restés à l’étage.

la bonne soeur attend le sexe

Le gangbang ou le cadeau surprise de Bertrand

Jouir c’est relativement facile pour un homme et constitue un plaisir égoïste. Mais faire jouir sa partenaire dans un lieu public est une tâche ô combien difficile. Mais n’était-ce pas ma façon de remercier Esmeralda ?. Stan, Hervé, Olivier et Marco vinrent les uns après les autres dans cette cabine. Chacun un article à la main, afin de ne pas attirer l’attention du vigile. Et cette fois-ci je la vis rougir… Sa souplesse de danseuse fut mise à rude épreuve, elle se laissa même tenter par une double pénétration debout !. Elle me confia après coup, que c’était son premier gangbang, qu’elle était folle d’excitation. Mais aussi que Paris permettait ce genre de folies, contrairement à Madrid ou Barcelone.

Le gangbang le plus excitant est forcément le prochain

Sachez fidèles lectrices et lecteurs du site que nous la revoyons régulièrement. Une nouvelle rencontre prévue au printemps 2018 et je sais déjà qu’elle nous demandera encore plus de folies. A l’image de cette photo où habillée en none, bas et porte-jarretelles, non sans oublier ses Louboutin. Ne jamais se lasser, continuer encore et toujours à prendre mais surtout donner du plaisir pour que ces moment éphémères restent à jamais gravés dans les mémoires collectives; Nul doute que nous avons parfaitement conscience d’avoir marqué, modestement, l’histoire du libertinage Parisien, pour preuve le sympathique article fait par le site Objets de plaisir, que je vous invite à consulter. Tant que l’envie sera là, nous continuerons à nous investir, dans un amateurisme assumé. Mais dans un professionnalisme avéré quant à l’organisation de soirées. « Ne pas reconnaître son talent, c’est faciliter la réussite des médiocres » disait Michel Audiard.

Crédits Photos : © Gang Bang à Paris

La réalisation d’un fantasme libertin

Depuis le temps que nous organisons des soirées libertines, nous avons toujours la même envie. Peut-être parce que l’élaboration est à chaque fois différente. Peut-être aussi parce que des demandes particulières nous excitent encore. Comme celle reçue le cinq novembre 2019 qui était novatrice… Car au travers de son mail, Tristan souhaitait la réalisation d’un fantasme libertin unique. Pour que vous puissiez l’apprécier, je vous joins sa demande :

« Nous désirons réaliser un fantasme ma femme et moi, qu’elle fasse l’amour avec plusieurs hommes. Nous pensons pour une premiere fois à 3 ou 4 hommes. Mais je voudrais lui faire une surprise, c’est pourquoi je vous contacte seul pour l’instant, et lui dirais au dernier moment. La chose qui nous excite est que je sois présent et que je puisse la voir sans être vu moi-même . Il faudrait que je me tienne derrière un miroir sans tain ou autre cachette.

Le principe est qu’elle puisse vraiment se lâcher de son côté, elle saura que je regarde mais n’aura pas ma presence physique à ses côtés. Et moi de mon côté je pourrais la regarder, et me masturber sans avoir l’oeil d’autres hommes sur moi. Je crains que cela ne casse l’exitation. Elle aime les hommes bien montés, la domination, les insultes, se faire claquer les fesses et être prise par les cheveux. Nous serions disponibles le samedi 23 Novembre 2019.

la réalisation du fantasme libertin

La réalisation du fantasme libertin

Cette soirée restera la plus minitieuse, tant dans sa préparation, que dans sa réalisation. Et tout au long de la mise en place de la trame, je devais rassurer et conforter Tristan dans son choix. En effet, il me faisait confiance, et moi Bertrand, je ne pouvais pas le décevoir. Après les premiers échanges de mails, nous décidions de nous apeller, car le son d’une voix à l’autre bout du fil rassure. N’oubliez pas chères lectrices et lecteurs que le mari ne revendiquait pas être un libertin. Donc,cela supposait un réel courage de sa part à nous confier la réalisation de ce fantasme libertin unique. Le mari ajouta une précision, il ne se revendiquait pas cocu soumis, car trop jaloux pour cela. Mais bel et bien candauliste.

Sabrina attend de pied ferme les 4 messieurs

Les préparatifs de la soirée Gang Bang

Je disposais de l’endroit où la soirée se passerait. Enfin soirée était un bien grand mot, car le mari précisait que cela ne durerait pas plus d’une heure. Encore une fois, j’appréciais sa franchise et sa transparence. Nous étions avertis, mais de vous à moi le timing ne nous importait pas. En effet, seul leur plaisir primait. Enfin le grand jour arriva et il m’avoua son trac, alors que sa chère et tendre ne lui montrait aucun signe d’appréhension… J’avais eu la bonne idée de prendre possession des lieux presque deux heures avant, ce qui me permit de placer la chaise dans la spacieuse salle de bain. Laquelle donnait sur la chambre. Comme lui le voulait, j’avais disposé une table basse dans la chambre pour les coupes et le champagne… Comme il le voulait aussi, il ne vit pas mes complices, ceux-ci se tenaient à l’écart dans la cuisine.

Essayage pour Sabrina avant sa soirée gang bang

Voir sans être vu, où l’ombre versus la lumière

Nous étions en plein Hitchcock, mais le tire du film n’était pas fenêtre sur cour, et Tristan n’allait pas assister à un meurtre sous ses yeux mais aux multiples plaisirs de sa femme… Le plus dur dans ces cas-là était de briser la glace. Quand ils sonnèrent, je leur ouvris la porte, un vaste sourire sur mon visage. Je leur montrai la scène des ébats, pris le soin de les laisser seuls quelques instants, puis lorsque le sms tomba , allais chercher les trois hommes qui conversaient dans la cuisine. Sabrina était intimidée, quoi de plus normal, quant à lui, je le pensai nerveux. Elégant jusqu’au bout, je pris la peine de lui apporter une coupe de Champagne, puis repris ma place afin de caresser le superbe corps de Sabrina…

Tristan avait vu sans l’être, lui qui se rinçait loeil depuis le filet laissé par la porte entrouverte.

Après ces courts moments d’une grande intensité me remercia :  » Merci Bertrand pour le mal que tu t’es donné à organiser cette soirée, Tout a été fait avec respect et attention »…

SI vous aussi souhaitez nous confier la réalisation de votre fantasme libertin, contactez-nous.

Crédits Photos : © Gang Bang à Paris

La sodomie et les jeux lubriques de la belle Nikie

Nous connaissons Nikie depuis quelques années. Et je me souviens de cette demande de contact qui tomba un soir de pluie. Aussi de ma surprise à la vue de sa photo : sa ressemblance avec Joanna Lumley… Avec elle rien ne presse jamais, elle nous contacte une à deux fois par an, et nous dévorons chaque instant goulûment. Comme souvent avec les femmes qui viennent à nous, nous voyons évoluer leurs demandes au gré de leurs libidos. Force est de constater que nous sommes à chaque fois plus surpris. En effet, Nikie est devenue une redoutable spermophile en plus d’être une adepte de longues sodomies.

Les sodomies de nikie

Spermophile et adoratrice de sodomies en douceur

Mais Nikie se dévoile chaque jour un peu plus, ainsi, nous l’avions quitté coquine, espiègle, pour mieux la retrouver, lubrique. Adoratrice de sodomies et de jeux de sperme. Pour notre prochaine rencontre, elle nous a fait la promesse de garder son chapeau de mère Noël. Et ce durant les ébats, mais pour le reste, nous savons qu’elle et son compagnon nous réserveront des surprises.

Nikie a les yeux bandés, elle s'apprête à sucer Jeremy

Aurons-nous droit au Glory hole ?

Lors de notre dernière venue, le compagnon de la belle évoqua la confection d’un Glory hole , mais au delà de l’anecdote, la seule chose qui compte est le plaisir de la belle. Ils seront donc trois messieurs, lesquels seront à son entière disposition en cette soirée d’hiver, juste avant que le père Noël passe déposer ses cadeaux au pied du sapin. Du bon champagne, des rires, de la joie, de la bonne humeur et ce formidable mélange d’excitation et de perversité…

Nikie sort le sexe de surfeur

La sagesse de la belle contraste avec ses élans fougueux

Nikie est une fausse calme, quand elle décide de lancer les ébats, nous ne savons pas quand cela s’arrêtera, mais une chose est certaine, c’est un formidable cadeau de fin d’année qu’elle nous fait là. Merci à vous, femmes et couples d’oser nous confier la clef de votre sexualité, l’espace de quelques heures

Crédits Photos : © Gang Bang à Paris

gang bang masqué pour la belle June

Samedi 26 novembre à 15 heures, June, conduite par Xam pénètra dans l’antre des plaisirs, où je l’accueillis. Mon masque vénitien sur le visage, je ne dis mot comme pour mieux préserver la surprise. June savait qu’elle se rendait à un après-midi libertin, mais cette fois-ci, elle voulait de l’élégance. Donc une initiation sous forme de gang bang masqué. Point d’hésitation de sa part, au moment de pénétrer dans l’appartement…

La jouissance de June : tous ses sens furent décuplés

Les quatre autres compagnons attendirent assis dans le canapé et les fauteuils, se levèrent, puis à leur tour, firent le baise-main. June en totale confiance se laissa guider, Nicolas l’assit entre eux. Il se positionna à sa gauche et Samba à sa droite, puis lentement la caressa. Des petits gémissements se firent entendre, puis des gloussements quand elle happa les sexes de nos deux protagonistes. Leurs mains habiles s’occupèrent de caresser ses seins. Quant à Christophe, il se précipita vers son entrecuisse, et goulûment passa sa langue sur son clitoris. L’après-midi était d’une rare intensité. Et que dire de la promptitude des festivités…

gang bang masqué pour la belle June

Le silence fut déchiré par les cris de la belle

Les hommes eux aussi étaient en confiance, cela se ressentait dans la formidable complicité qui transpirait de ce groupe constitué. L’espace d’une escapade libertine, Nicolas, Samba, les deux Christophe et votre serviteur contemplaient chacun leur tour le magnifique corps de cette femme, laquelle s’abandonnait petit à petit dans ce tourbillons de plaisirs.  Mais elle ne réclama pas de pause, et semblait en vouloir toujours plus…

Le gang bang masqué, l’autre forme de l’élégance

Xam nous avait fourni les prémices du scénario, que nous nous efforçâmes de respecter à la lettre, sa belle avait soif de double pénétration, et Christophe semblait lire dans ses pensées. Nicolas s’allongea sur le lit, June, fière, s’empala sur son sexe, se cambra, comme pour mieux accueillir dans son séant, celui de Christophe. Après s’être délecté d’une coupe de Mumm, elle nous fit sentir qu’elle avait soif de sperme. A genoux sur le parquet, toujours recouverte de son masque, elle reçut le liquide de cinq messieurs sur son visage…

Crédits Photos : © Gang Bang à Paris

Soirée gangbang où l’osmose des plaisirs

Et si Rubis était le coup de cœur de 2016 ?, finalement nous sommes en droit de nous poser la question… Une soirée gangbang en tous points extraordinaire où elle a tenu dignement sa place, en confiant sa sexualité à quatre inconnus. Lesquels messieurs, surpris par tant d’audace, de grâce, de gentillesse et d’élégance. Comme souvent, la belle nous a contacté via notre formulaire.

la soirée gangbang de Rubis

 

La confiance est la clef du succès d’une soirée gangbang

Christophe, Milass Hervé et votre serviteur en étions. Armés de nos sourires, équipés de nos préservatifs, nous avions fait le choix à nouveau de la qualité… En effet Mumm et Piper Heidsiek étaient les boissons des ébats. Après presque une heure de retard, elle sonna à la porte, Je marchai rapidement pour aller à sa rencontre, lui ôter son manteau et lui passer son collier de soumise, avant de la conduire à ces messieurs. En faisant les présentations, je remarquai à quel point Rubis était à l’aise, et avait envie de s’abandonner. Mais avait-elle oublié sa punition ?…

Rubis adore la pluralité masculine

Une présentation à la hauteur de son grand appétit

Son heure de retard ne pouvait rester impunie. A quatre pattes, Rubis se dirigea vers Christophe et Hervé, assis dans le canapé. Puis ce fût au tour de Milass de goûter à sa bouche vorace, quant à moi je tenais la laisse. Puis de l’autre main, j’en profitais pour contrôler l’état de son excitation en la pénétrant de mon majeur… Elle ruisselait, son regard changea, animé par la lubricité, elle en voulait toujours plus. Quid de son superbe porte-jarretelles, allait-il tenir lorsque vint l’heure de sa double pénétration ?, Elle ne s’en souciait guère, occupée qu’elle était à prendre du plaisir et à en donner… Elle réclama une pause champagne, après avoir été délicieusement fistée par Christophe… Un tour à la salle de bain puis la valse reprenait de plus belle…

A très bientôt belle Rubis, je sais que vous avez adoré, mais savez-vous que nous aussi ?…

 

Crédits Photos : © Rubis

Echangisme, la vision de la belle Sophie

Quand on est organisateur de soirées libertines, deux choses vous touchent au plus haut point : faire découvrir l’ échangisme pour la première fois, et les compliments glissés au creux de l’oreille. En effet ce n’est pas rien de confier les clefs de sa sexualité à un homme, cela l’est encore moins quand c’est à un groupe…

Pourquoi goûter à l’échangisme dans une soirée privée ?

Ils sont nombreux celles et ceux qui sont tentés par cette pratique à la mode. Sophie en fait partie et ne regrette absolument rien. En cela une première fois est très importante car elle conditionne tout. Et en cela l’organisateur est la clef de voûte de la soirée. Encore la suite d’un prestigieux hôtel Parisien comme écrin, où Sophie y était éblouissante. Bientôt rejointe par un autre couple, beau et joueur. Il fallait d’abord impérativement bien assortir laisser les deux couples, et les laisser s’amuser entre eux. Puis faire venir les hommes.

Le plaisir multiplié à l’infini

Quand Jean-Yves, Rafaël, Marco, Jérémie se joignirent à nous, ce fut l’explosion du plaisir. La soirée prit une autre tournure, l’intimiste s’effaça au profit de l’exhibitionnisme, du voyeurisme et une formidable bonne humeur s’y dégagea. Sophie y était totalement décoiffée, lubrique, et on pouvait même y apercevoir une certaine perversité dans on regard. Jouissances à l’infini, où le temps semblait s’être arrêté. Or, justement, l’avantage des soirées que nous organisons est que nous maîtrisons tout. Et même le temps ce soir là nous appartenait.

Sophie goûte aux plaisirs de l'échangisme

Qui m’a pris ma culotte ?

Cette phrase prononcée par Sophie à la fin de ces longues heures de partage eût le don de m’amuser… Cette pièce au demeurant si bien rangée, était devenue un foutoir indescriptible, mais si dans une prochaine soirée vous entendez cette magnifique créature proférer cette phrase désormais célèbre, dites-vous bien que la première fois ce fut à Paris…

Crédits Photos : © Gang Bang à Paris